Blason Poitou                                                      Blason Aunis et Saintonge

                                                                 Poitou                                                                      Saintonge et Aunis

 

Les branches maternelles (suite 2)



Les familles alliées Salmon-Imbour(g) de Rioux (17)
 

Si on remonte à la fin du 17e siècle, on trouve un Isaac Salmon, qui de protestant devient catholique à Saintes pour s’installer ensuite à Rioux. La plupart des hommes de cette famille sont des menuisiers qui deviennent ensuite pour certains des cultivateurs et des propriétaires rentiers. Ils s’allient avec des membres de la famille Charpantier (l’un est huissier de justice à la fin du 18e siècle) et aussi à la famille Pinaud (Pineau). La mère de mon arrière grand-mère Laure, Joséphine Salmon, épouse un charpentier, Emile Morisse (s’écrira à la génération suivante Maurice). Leur fille Elise Maurice (mon arrière grand-mère Laure) se marie à Cassius Imbourg, mon arrière grand-père.



                           Cassius imbourg                                        Laure Imbourg
                                    Cassius Imbourg                                                                         Elise (Laure) Maurice


Les Imbourt sont des vendéens des Deux-Sèvres, originaires de Saint-Martin d’Entraigues (79), dont un représentant Louis 1 Imbourt, s’installera à Benon au nord de
la Charente-Maritime. Le mariage de Louis avec Louise Thiou(x) (mariage dans la commune de naissance de Louise, à Villiers-sur-Chizé (79)) leur donnera cinq enfants dont le garçon aîné Louis 2 Imbour(t) émigrera aux USA (Californie) au milieu du 19e siècle pour se marier à New-York à la fin du siècle, et le dernier fils Joseph Imbour marié à Vouhé s’installera à Benon. Ce dernier aura cinq enfants, deux filles et trois garçons dont le dernier Cassius Imbourg sera mon arrière grand-père. Il se mariera à Rioux et s’y installera dans la maison héritée de sa belle-mère Joséphine Salmon.

Louis Cassius Imbourg (1871-1928)
 
Lorsqu’ils s’installèrent à la ferme du Petit Gilan, commune du Bouhet (17) vers 1875, les Imbourg n’avaient pas parcouru des dizaines de kilomètres : ils venaient tout simplement de Darday, dans la commune voisine de Benon. A son arrivée au Petit Gilan, le couple Imbourg-Morin avait quatre enfants : Berthe Imbourg (née à Vouhé, se mariera à Rioux), Ernest Imbourg (né à Benon), Olivier Imbourg (né à Benon), Cassius Imbourg (né à Benon, se mariera à Rioux). La petite dernière, Georgette Imbourg naîtra et décédera dans cette ferme.
Louis Cassius Imbourg était cultivateur à Thénac lorsqu’il fut incorporé le 12 novembre 1892 comme soldat de 2e classe au 6e R.I. de Saintes où il servit jusqu’au 11 février 1894. Le 7 mai 1898, Cassius Imbourg se marie à Rioux (où il résidait désormais) avec Marie Elise Maurice (née en 1880 et décédée en 1964), fille d’Emile Maurice et de Joséphine Salmon.  
Après la mobilisation générale d’août 1914, Cassius Imbourg fut rappelé les 8 et 9 août comme conducteur d’animaux de réquisition, puis fut renvoyé dans ses foyers. Convoqué de nouveau par l’Armée, 7 mois plus tard, Cassius Imbourg arriva le 3 mars 1915 au 137e R.I.T. de Fontenay-Le-Comte. Il participa aux opérations de guerre jusqu’au 15 août 1915, date à laquelle il obtint un sursis d’appel comme conducteur de machine à battre à Rioux (qui durera jusqu’au 30 septembre). Rentré à son corps le 1er octobre 1915, il sera cette fois mobilisé jusqu’au 15 août 1917 au sein de différents régiments : 137e R.I.T., puis 283e R.I.T. (11 janvier 1916), et enfin à partir du 25 février 1916 dans différentes sections de commis et ouvriers d’administration. Placé en sursis d’appel du 15 août au 31 octobre 1917 pour le battage des grains de Rioux, il fut détaché le 1er novembre 1917 à Rioux en qualité d’agriculteur, et fut libéré définitivement le 20 décembre 1918 de toute obligation militaire.

 
La destinée de la ferme du Petit Gilan, commune du Bouhet
 
Située en bordure du Curé et du Bois de Benon, la terre de Gilan était déjà exploitée au XIIIe siècle. Jusqu’en 1980, on y trouvait deux fermes : le Petit Gilan et le Grand Gilan. Seule la seconde ferme est toujours exploitée actuellement.
La ferme du Petit Gilan était une grande et longue bâtisse parallèle au chemin, avec à l’arrière un immense jardin rectangulaire, entouré d’un haut mur très bien bâti. Mais la maison était alors dans un état très dégradé et servait épisodiquement à abriter les vaches du fermier de Maisonneuve. Le tout fut finalement rasé. Un champ cultivé a de nos jours remplacé les ruines du logis du Petit Gilan.
  
                                                                                                                            D’après « Mille ans à Bouhet »
                                                                                                                                         par E. Bonnet


                                                                                     ================= 

 
 
 



Créer un site
Créer un site